dimanche 23 mai 2010

Conscience individuelle de l'inconscient collectif


Un cours de philosophie m'a tellement marqué que je m'en souviens encore plusieurs dizaines d'années après ; Bergson, la conscience et l'inconscient en était le sujet. Le professeur a fait un dessin simplifié et sa représentation devait à peu près ressembler à ça : un petit bonhomme sur la planète et un cône inversé qui pointe sur lui. Conscience pour Bergson se rapporte au temps "Toute conscience est donc mémoire, —conservation et accumulation du passé dans le présent." écrit-il dans L'énergie spirituelle. "Mais toute conscience est anticipation de l'avenir. Considérez la direction de votre esprit à n'importe quel moment: vous trouverez qu'il s'occupe de ce qui est, mais en vue surtout de ce qui va être. L'attention est une attente, et il n'y a pas de conscience sans une certaine attention à la vie. L'avenir est là; il nous appelle, ou plutôt il nous tire à lui; cette traction ininterrompue, qui nous fait avancer sur la route du temps, est cause aussi que nous agissons continuellement. Toute action est un empiétement sur l'avenir." Jung avait de son côté émis l'hypothèse d'un inconscient collectif aussi " Outre l’inconscient personnel généralement accepté par la psychologie médicale, on postule l’existence d’un second système psychique de nature impersonnelle et universelle. On considère que l’inconscient collectif est constitué de formes de pensée préexistantes, nommées archétypes, donnant forme à un certain matériel psychique qui pénètre alors le conscient. Les archétypes sont équivalents aux formes de comportement instinctif." Là encore, Jung fait référence à la construction d'un inconscient collectif par l'expérience et le passé avec une de ses manifestations parfois incompréhensibles : l'archétype.
Connaissez-vous l'histoire de l'expérience des singes, de la banane et de la douche froide ? Dix singes sont enfermés dans une pièce dans laquelle une banane est accrochée au plafond. Le seul moyen d'accéder à cette banane est une échelle. Le problème est qu'à chaque fois qu'un singe essaie d'atteindre la banane en montant à l'échelle, il est copieusement arrosé par une douche froide. Les singes apprennent donc à rester loin de l'échelle. Un des singes est remplacé par un nouveau singe n'ayant pas vécu l'expérience. Ce dernier voit la banane et se dépêche de vouloir monter à l'échelle pour l'attraper. Il est aussitôt stoppé et agressé par les autres singes. Il n'insiste donc pas. L'expérience est renouvelée jusqu'à ce que dans la pièce, il n'y ait plus que des singes qui n'ont pas vécu l'expérience de la douche froide : malgré cela, dès qu'un nouveau singe essaie d'accéder au fruit offert, il est copieusement battu par ses congénères...
L'expérience est passée dans l'inconscient collectif par "capillarité". L'expérience n'a pas été renouvelée jusqu'à savoir si la génération suivante aurait respecté ce même archétype ?

Si en parlant de conscience de l'inconscient collectif, on s'affranchit de la problématique de la mémoire collective, ce que Jung appelle la synchronicité, vient vite à l'esprit. Jung décrit le cas d'une de ses patientes ainsi : " Dans un moment décisif de son traitement, une jeune patiente eut un rêve où elle recevait en cadeau un scarabée d’or. Tandis qu’elle me racontait son rêve, j’étais assis le dos tourné à la fenêtre fermée. Soudain, j’entendis derrière moi un bruit, comme si quelque chose frappait légèrement la fenêtre. Me retournant, je vis qu’un insecte volant frappait la vitre. J’ouvris la fenêtre et attrapai l’insecte en vol. Il offrait avec un scarabée d’or l’analogie la plus proche qu’il soit possible de trouver sous nos latitudes : c’était un scarabéidé de la famille des lamellicornes, hôtes ordinaires des rosiers : une cétoine dorée, qui s’était apparemment sentie poussée, à l’encontre de ses habitudes normales, à pénétrer juste à cet instant dans une pièce obscure ». La synchronicité est donc la manifestation de deux évènements qui n'ont à priori pas de lien entre eux mais qui, dès lors qu'on les relie, prennent un sens pour la personne qui les reçoit. Plus que des coïncidences, les synchronicités rejoignent l'inconscient collectif, en cela qu'elles ne semblent pas se produire par hasard.
Si nous savons les observer, nous sommes déjà conscient de l'inconscient collectif, ici et maintenant.
Ouvrez l'œil !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire